LE FÉMINISME A-T-IL TUÉ LES HOMMES ?


“Comment il écarte les jambes dans le métro celui-là”, “Il a loué le wagon ou quoi ?”, “Macho va !” Pas évident d’être un mec au XXIe siècle. Les femmes veulent toujours un homme viril, mais ni macho, ni sexiste…Et c’est là que ça coince !


La virilité repose depuis l’Antiquité sur un idéal de force physique, de fermeté morale, de puissance sexuelle et de domination masculine. Allez dire à un homme d’être viril sans prouver “ qu’il est le plus fort, qu’il est le chef ” : Good luck.

La nouvelle génération d’hommes a été élevée par des mères impliquées dans le mouvement de libération des femmes. Ils n’ont donc pas envie d’être assimilés à des gros cons phallocrates. Du coup, ils se retrouvent coincés entre deux injonctions contradictoires : entre les valeurs de leurs daronnes ou de leurs nanas, et un masculin viril pour lequel ils sont toujours sollicités : “fais le coq au lit et occupe-toi de la vaisselle”. Pas fastoche.


75 % des victimes du suicide sont des hommes parce que la société les attend au tournant. C’est donc le moment de revoir le cahier des charges de la masculinité. Les hommes sont autant prisonniers des stéréotypes liés au genre que les femmes et le jour où ils parviendront à s’en libérer, la situation des femmes progressera dare dare. S’ils n’ont plus besoin d’être dominants pour se faire respecter, nous n’aurons alors pas à être dominées. Et ouais. Mais pour faire bouger les mentalités, il faudra commencer par les publicitaires et les annonceurs. Ces distributeurs d’images et de modèles de nos sociétés actuelles. Et pour le moment y’a pas foule pour réécrire le masculin. Bande de macho va !


Pour prolonger l’étude, vous pouvez lire Les identités sexuelles, des sciences humaines, mensuel n°235.


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter