En Inde, une brigade de policières traque les agresseurs sexuels


Ces femmes à moto patrouillent dans Jaipur pour combattre le viol, les agressions sexuelles et le harcèlement de rue. Une initiative saluée et imitée par d’autres villes du pays.



En 2012, une étudiante de New Delhi était violée et battue par six hommes dans un bus, avant de succomber à ses blessures à l’hôpital. Ce crime avait entraîné une vague de protestation sans précédent et conduit le gouvernement indien à durcir certaines lois contre les crimes sexuels. Malgré ces évolutions, l’Inde enregistre encore 20000 plaintes pour viol chaque année, un chiffre sans doute bien loin de la réalité. Les délais dans l’ouverture des poursuites, les procès interminables, les procédures médicales intrusives et humiliantes ainsi que la stigmatisation des victimes conduisent beaucoup de femmes à demeurer dans le silence. 


C’est pour cette raison que la ville de Jaipur, située dans le nord-ouest de l’Inde, a décidé de lancer une patrouille de policières à moto pour protéger les femmes des violences sexuelles. Ces femmes flics circulent près des parcs, des transports en commun ou aux abord des universités pour intervenir en cas d’agression. Elles forment l’une des nouvelles unités entièrement féminines chargées d’assurer la sécurité des femmes, dans un pays qui compte essentiellement des hommes dans la police (93% à New Delhi, à titre d’exemple). Le présupposé de cette initiative est que les victimes sont plus enclines à dénoncer une agression si elles sont écoutées par des femmes.


Munies de talkiewalkies, de matraques et de caméras de surveillance, les femmes de la brigade ont bénéficié d’une formation de trois mois pour assurer la sécurité des autres mais aussi la leur. Elles ont appris à conduire une moto et à se battre en suivant des cours de karaté et d’autodéfense. Grâce à ce dispositif d’envergure, que d’autres villes prévoient de mettre en place, les 52 policières espèrent inverser la tendance qui persiste en Inde, encore surnommée « le pays du viol ». L’effet dissuasif des patrouilles laisse apparaître de premiers résultats encourageants. Un constat positif confirmé par Kamal Shekhawat, policière en charge de l’unité spéciale : « Quand ces équipes patrouillent dans des lieux un peu chauds qu’on a repérés, elles arrivent à mettre fin à des problèmes comme le harcèlement sexuel dans les rues ».


Evidemment, cette initiative n’a pas vocation à résoudre tous les problèmes de violences sexuelles, étant donné que la plupart des viols sont commis par des membres de la famille ou de l’entourage de la victime. Mais rendre les rues plus sûres est sans doute le premier pas vers une amélioration de la condition des femmes en Inde.

 

Sources :

https://www.planetoscope.com/Criminalite/1202-viols-dans-le-monde.html

http://www.lesinrocks.com/2015/10/26/actualite/pourquoi-linde-est-elle-devenue-le-pays-du-viol-pour-les-medias-occidentaux-11783459/

https://parismatch.be/actualites/societe/60705/inde-brigade-de-femmes-flics-traquer-agresseurs-sexuels


Par Marie-Lou Dulac

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter