LE CERVEAU A-T-IL UN VAGIN ? 


Oui et Non. Oui, dans la mesure où le cerveau contrôle les fonctions associées à la reproduction. « Je suis un mec donc j’ai un cerveau qui fait monter mon zizi ». Non, si on parle d’intelligence. Traduction : ce n’est pas parce que je suis un petit gars que je suis bon en maths. (Fallait pas se reposer sur ses….)


L’idée que la taille du cerveau est différente si on est une fille date du 19e siècle. Avant, on s’imaginait que la pensée, les sentiments se situaient plus bas : dans le cœur, voire dans le foie. La question du cerveau arrive au moment où on cherche à prouver l’infériorité féminine. On a donc tout fait pour démontrer que le cerveau des filles était…tout petit. (syndrome du micropénis, bonjour).


Sauf que : un enfant est incapable de savoir s’il est une fille ou un garçon avant 2 ans. On ne naît pas avec un cerveau de petite fille. C’est le regard extérieur, l’environnement qui vont imprégner l’enfant et façonner son identité et son intelligence. Les neurones se façonnent en fonction de l’apprentissage : « dis-moi que je suis bête et je le deviendrai. »

Françoise Héritier explique que dans une tribu du Burkina Faso, quand un bébé-garçon pleure on se précipite pour lui donner le sein alors qu’on fait attendre le bébé-fille. Pourquoi ? Parce que pour eux, les filles ne pourront jamais avoir tout ce qu’elles veulent dans la vie, il faut donc qu’elles s’habituent dare-dare. Il n’y a pas de meilleure méthode pour créer un sexe condamné à l’attente et à la soumission. Et créer ainsi deux individus différents. Le genre est travaillé dans toutes les sociétés avec soin, c’est un système qui se reproduit automatiquement sans y penser. Et il faut pour le déconstruire le comprendre, et veiller à redonner confiance aux petites filles, croire en elles autant que dans les petits garçons, car c’est cette unique donnée qui façonne les dédales de notre intelligence. Alors : go Girls !


Pour en savoir beaucoup plus, écoutez l’émission de France Culture dont nous nous sommes inspirées ici



Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter