LES POCHES, UN SYMBOLE DE POUVOIR ?


L’histoire des poches n’est pas juste sexiste, elle est aussi politique. Toute la suprématie du vêtement masculin réside là-dedans. Les poches sont plus que les pantalons, les cravates, les costumes responsablent de la hiérarchie entre les sexes. En 1899, un article du New York Times balançait : “le sexe féminin ne peut pas rivaliser s’il n’a pas de poche”. 120 ans plus tard, c’est la même, les costumes d’Hillary Clinton n’en ont toujours pas. Dur.


En regardant le débat de la Democratic National Convention, on voyait bien qu’un truc merdouillait mais on ne savait pas trop quoi : Hillary Clinton avait une veste blanche, un pantalon, tout l’attirail de la girlpower. Mais un truc clochait. L’absence de pockets. Checkez un peu les costumes des hommes : ils ont toujours de grandes poches visibles alors que les costumes des femmes ont des poches riquiquis à rubans ou pire, nada. Les mecs ont des poches pour garder des choses, les femmes, pour le show. Dixit Dior. Saleté va.


Du coup, pas d’autres solutions que d’être dépendante d’un mec (tu prends ma CB et mon Iphone ?) ou d’un sac à main. Pendant que notre homme planque ses biftons dans la poche intérieure, nous on exhibe nos pépètes et notre intimité dans une sacoche – au risque de se la faire chourave évidemment. On est toujours en position de faiblesse, obligées de sortir avec un bodyguard. Misère. Le manque de poches limite notre possibilité de naviguer dans l’espace public. On n’a jamais les deux mains libres, jamais.

“Prenez deux femmes” dit YSL “Celle qui a des poches aura tout de suite sur l’autre un sentiment de supériorité. Laisser pendre les bras ou être obligée de les croiser ou de faire tourner son alliance, ce sont des gestes gauches, des handicaps.” D’emblée Hilary est donc dans une situation moins confortable que Trump pour débattre. L’absence de poches lui donne une apparence respectable, lisse, honnête puisqu’elle ne peut rien dissimuler mais pas une attitude assurée. La poche : un outil d’émancipation que la société a toujours maté…Enfin, jusqu’à quelques jours… jetez un oeil au dernier débat d’Hillary…il semblerait qu’elle ait enfin le pouvoir en poche. Check my girl !


Pour prolonger l’étude, vous pouvez lire : Les poches ou la voie / voix moyenne : valeurs et pratiques des femmes de la middling sort en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle d’Ariane Fennetaux.


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter