LE TEMPLE DU SEXISME : LA POLITIQUE


Bruits de basse-cour, mains sur les fesses, coups de sifflet : toutes les femmes politiques peuvent vous en parler. La politique reste un milieu où le sexisme est au top de sa forme. “T’as couché avec qui Dati pour être à ce poste ?”


« Le monde politique est le temple du sexisme. Pourquoi ? Car c’est là où est le pouvoir. Vous savez ce truc qui a longtemps été l’apanage des mecs. Si aujourd’hui les femmes ont le droit d’aller à l’Assemblée, l’idée que l’espace public est réservé aux hommes est intériorisée par tous y compris par les nanas qui le réprouvent intellectuellement. Autrement dit, on est d’éternelles invitées à la tribune. Et comme tout invité, on a tendance à se tenir bien “chez les autres” et à éviter de trop la ramener : ça s’appelle le « syndrome de la pièce rapportée ».

Si certaines femmes politiques ont néanmoins eu de belles carrières, beaucoup sont en réalité les héritières de politiciens n’ayant pas eu de fils. Elles reprennent le flambeau, et gagnent illico les réseaux du père : Martine Aubry, Roseline Bachelot, Michèle Alliot-Marie, Nathalie Kosciusko-Morizet, Marine Le Pen… La carrière de nombreuses femmes politiques repose donc souvent sur celle d’un homme qui les a précédées. N’est-ce pas Hillary ? »


« Bref, on ne se défait pas de siècles de culture en une loi. C’est ce qui fait qu’un misogyne a aujourd’hui le droit d’être Président des États-Unis. Mais attention, nous ne pensons pas que la défaite d’Hillary repose essentiellement sur le fait qu’elle soit une femme. Ce que nous disons, c’est qu’il est impensable qu’un homme égrenant les propos misogynes plus vite qu’une moissonneuse-batteuse soit devenu “l’homme le plus puissant du monde” en 2016. »


Pour prolonger l’étude, on vous conseille de vous rendre sur le blog « Chair collaboratrice » qui rassemble les propos sexistes entendus dans le milieu politique.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter