MÉTIERS À PANTALONS / MÉTIERS À ROBES


En France, on ne compte que 8 métiers réellement mixtes (bravo à l’infographie & aux kinés). Pour le reste, pas de parité. On compte toujours plus de cravates chez les PDG, plus de jupons, dans les services. On vous apprend rien. Tout le monde n’est pas Christine Lagarde.


S’intégrer au monde passe par le langage, or quand tout est écrit au masculin comment une petite fille peut-elle se projeter dans l’avenir ? “UN cadre, UN ministre, UN écrivain”. D’emblée, les dés sont pipés.

Et si un métier masculin est investi par le féminin, il voit sa fonction rapetisser : YSL est un grand couturier, Yvette est couturière, le boulanger, fait le pain, la boulangère, bonne pâte, le vend. Et cette dépréciation par le féminin vient s’étendre sur des métiers dont les femmes ont longtemps étaient exclues : prof, médecin. Des jobs qui voient soudainement leur salaire et leur statut diminuer avec la féminisation. Les positions les plus élevées resteraient ainsi inaccessibles aux femmes, condition sine qua non pour éviter la baisse de prestige. Ça pue.

Sauf pour les avocats. Ils ont toujours été en robes. Pour “savoir mentir comme les femmes” dirait Guitry. Un métier de cravate en jupon qui a permis grâce au costume l’intégration des femmes sans dévalorisation de la fonction. 52,6% des avocats sont des femmes en 2016. Une robe qui raye le parquet en somme.


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter