LA FEMME AFRICAINE : BÊTE DE SOMME OU SUPERWOMAN ?

 

L’Afrique subsaharienne est un des endroits où les femmes travaillent le plus au monde. Retard ou progrès ? Bêtes de somme ou superwomen ? Assieds-toi, qu’on cause.


Au premier abord, plutôt bête de somme : elles produisent plus de 70% de la nourriture du continent mais ne représentent que 12% des propriétaires de terrains. On préfère utiliser leur main d’oeuvre que de les envoyer à l’école. Elles ont des tâches qui dépassent l’entendement, et qui sont surtout sans comparaison avec celles de ces messieurs. Te lève pas surtout mec.


Les muscles, ce sont elles qui les gonflent le plus : quand on sait que les africaines portent en moyenne 30kg, des fagots de bois, un panier sur la tête, souvent un enfant dans le dos, et un dans le ventre. Le tout pieds nus. Hercule peut bien rajuster sa toge avec ses 12 travaux et Aristote se la boucler avec son sexe faible.


Mais si l’Afrique subsaharienne instrumentalise le travail des femmes, elle est aussi l’endroit qui connaît le plus fort taux de femmes entrepreneures au monde. Amène le biff Babe. Comme le continent est l’une des économies les moins développées : il y a énormément d’opportunités. Les africaines sont très ambitieuses, elles partent de plus loin, mais ont un horizon dégagé pour repenser leur statut. Elles construisent des business et veulent les faire grossir au niveau national, régional, pan-Africain et même mondial. Les africaines détiennent une force que le monde ignore encore. En 2100, 1 terrien sur 3 sera africain. Donc on a intérêt à comprendre fissa que ces superwomen incarnent l’avenir.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter