IRÉNA A SAUVÉ 2500 ENFANTS


Irena Sendler, une héroïne qui a sauvé à elle toute seule 2500 enfants juifs pendant la seconde guerre mondiale.



Son père lui a appris dès l’enfance que les gens ne pouvaient être rangés qu’en deux catégories : les bons et les méchants. Leur religion, leur race, leur nationalité : on s’en fiche toujours. Irena grandit et devient serrurière. Pendant la guerre, elle apporte en secret de la nourriture, des vêtements ou des médicaments dans le ghetto de Varsovie. Réalise de faux papiers et travaille avec des institutions à qui elle demande de fermer les yeux. Mais elle veut faire plus et surtout : sortir les enfants de là. Elle va alors monter un plan qui lui permettra d’en sauver plus de 2500.


Comme elle est serrurière, elle se déplace toujours en voiture avec une grosse boîte à outils et un grand sac à gravats. Du coup, chaque fois qu’elle se rend au ghetto, elle cache un enfant de petite taille dans sa malle, un autre plus grand dans son sac et s’enfuit avec eux. Son chien à l’arrière est bien dressé. Elle lui a appris à aboyer chaque fois qu’il voit un nazi. Ce qui permet de couvrir les bruits des enfants et de passer la sortie du ghetto sans problème.


Mais tout ça prend fin le 20 octobre 1943. Elle se fait arrêter et torturer : on lui broie les jambes pour qu’elle crache le nom des enfants et des résistants qui l’ont aidée. Elle ne dira rien et sera condamnée à mort. Heureusement, son réseau la fait s’évader. Elle ne retrouvera plus jamais l’usage de ses jambes mais continuera d’aider d'une nouvelle manière jusqu’à la fin de la guerre. Irena a toujours pensé qu'elle n'en faisait pas assez : "Je continue d'avoir mauvaise conscience d'avoir fait si peu", disait-elle.


En 2007, la Pologne élève Irena Sendler « au rang d’héroïne nationale ». On propose également la même année son nom pour le prix Nobel de la Paix mais c’est Al Gore qui le reçoit pour son Power Point sur l’environnement. Alors, en manque d'héroïne le Prix Nobel ? 


Découvrez le portrait d'une autre héroïne ici.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter