CHING SHIH - LA FEMME PIRATE !


Ching Shih a commandé l’une des flottes de pirates les plus puissantes de l’histoire. Elle naît sous le nom de Shih Yang aux alentours de 1775, dans la province chinoise de Guandgong. Rien ne laissait présager que cette prostituée deviendrait une pirate redoutée de tous.


Cheng I, héritier d’une longue filiation de pirates, rencontre Shih Yang dans sa maison close et décide de l’épouser en 1801. Alors âgée de vingt-six ans, elle devient un élément clé de la gestion de la flotte. Fine stratège et sanguinaire, cette femme élégante ne quitte jamais son éventail. 

Pendant six ans, le couple lutte dans les rangs de la rébellion vietnamienne de la dynastie Tây Sơn et voit sa flotte passer de 200 à 1700 bateaux, notamment grâce à la stratégie adoptée par Ching Shih. Cheng I meurt en 1807, emporté par les vagues au cours d’une tempête. Ching Shih devient la commandante de la flotte du Drapeau Rouge, non sans avoir épousé Chang Poa, son fils adoptif. 


Elle contrôle alors le sud de la mer de Chine et la province de Guangdong. Elle se trouve à la tête d’un large réseau d’espionnage et impose des taxes aux bateaux marchands en échange de sa protection. Pas moins de 17 000 pirates obéissent directement à ses ordres, et près de 80 000 personnes travaillent pour elle de près ou de loin. 

Elle impose une discipline de fer à ses hommes. Le vol du butin ou le viol des prisonnières est puni par la mort. Si l’un des marins a des relations consenties avec une prisonnière, il est condamné à la décapitation, tandis que la prisonnière est jetée à la mer avec des poids accrochés aux pieds. Malgré cette sévérité, le code « soulevait une force intrépide dans l’attaque, désespérée dans la défense », selon Richard Glasspool, prisonnier sur le bateau. 


La domination de Ching Shih n’est pas au goût de tout le monde, notamment de l’empereur. En 1808, il décide de faire appel aux Britanniques, aux Portugais et aux Hollandais pour vaincre celle que l’on nomme la « Terreur de la Chine du Sud ». Loin de se rendre, Ching Shih décide d’attaquer la flotte impériale. On raconte même que ses hommes sont allés aborder les navires ennemis à la nage. Malgré cette coalition, la flotte du Drapeau rouge demeure invaincue ! 

Au bout de deux ans, l’empereur change de tactique et propose l’amnistie à Ching Shih et son époux. Contre toute attente, Le couple abandonne le combat, à condition de garder son butin et d’être absous de tous ses crimes. Chang Pao prend les commandes d’une partie de la flotte impériale. Ching Shih, quant à elle, s’assure le titre de « lady » par décret impérial et négocie la reconversion de ses marins. 


Après la signature du traité de paix, elle quitte définitivement la piraterie. Elle décide de revenir à ses premières activités et ouvre une maison de prostitution et de jeu à Canton. Elle s’éteint paisiblement à l’âge de 69 ans. 


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter