SIMONE DE BEAUVOIR : ON NE NAÎT PAS FEMME, ON LE DEVIENT


Née le 9 janvier 1908, Simone reçoit très jeune une éducation bourgeoise, stricte et catholique. Si sa famille vit au début dans l'aisance, la faillite de son grand-père maternel complique vite la situation. La famille est obligée de déménager dans un quartier plus pauvre. Surtout, son père en veut à sa mère de ne plus avoir de dot. Simone en souffre et voit la relation entre ses parents se dégrader. En plus, son père aurait préféré un garçon pour qu'il devienne polytechnicien... Heureusement, dès son plus jeune âge, Simone se distingue par ses capacités intellectuelles. Et son père voit en elle le fils rêvé. Il lui répète d'ailleurs à maintes reprises : « Tu as un cerveau d'homme ».


Sûre d'elle, Simone décide donc, dès 15 ans, qu'elle sera un écrivain célèbre. Elle fait dans ce but des études poussées, en passant notamment les certificats de mathématiques, de littérature, de latin mais aussi de philosophie et de psychologie. A l'université de Paris, elle fait la rencontre de Jean-Paul Sartre. Dès le premier regard, elle voit en lui un génie. Une relation mythique se noue entre les deux. Elle devient son « amour nécessaire ». Lorsqu'ils passent ensemble l'agrégation de philosophie, elle arrive deuxième et lui premier. Mais, coup du sort, Simone est affectée à Marseille tandis que Jean-Paul Sartre est nommé au Havre. Jean-Paul Sartre lui propose donc de l'épouser pour faciliter leur rapprochement géographique. Simone refuse avec force : pour elle, « le mariage multiplie par deux les obligations familiales et toutes les corvées sociales. En modifiant nos rapports avec autrui, il eût fatalement altéré ceux qui existaient entre nous. » L'année suivante, elle est nommée à Rouen. Et peu avant la Seconde Guerre Mondiale, Jean-Paul et elle sont mutés à Paris. Elle enseigne au lycée Molière pendant 3 ans avant de se faire renvoyer à la suite de sa liaison avec l'une de ses élèves, Bianca Bienenfeld. Son « pacte » avec Jean-Paul Sartre lui permet en effet de connaître des « amours contingentes » sans nuire à leur relation.


Elle fonde avec d'autres intellectuels de gauche la revue « Les Temps modernes » pour faire connaître la philosophie existentialiste. Avec ses autres écrits, elle parvient ainsi à être indépendante financièrement sans avoir à enseigner. Mais la véritable consécration arrive en 1949 avec la publication du Deuxième Sexe. Le livre se vend en effet à plus de 22 000 exemplaires dès la première semaine ! Et il atteint plus d'1 million de ventes par la suite ! Le succès est donc phénoménal mais ne plaît pas à tous : le Vatican met à l'index l'ouvrage et François Mauriac s'insurge auprès des Temps Modernes en soulignant qu'« à présent, [il] sai[t] tout du vagin de [leur] patronne ». Mais peu importe, Simone devient à cette date la figure de proue du féminisme et se fait connaître dans le monde entier.


Elle apparaît ainsi comme une grande théoricienne du mouvement de libération de la femme (MLF) en s'indignant de la domination masculine et en prônant « l'égalité dans la différence ». Simone est dès lors dans tous les combats. Elle aide en particulier Gisèle Halimi et Elisabeth Badinter dans la reconnaissance des tortures infligées aux femmes lors de la Guerre d'Algérie et dans le droit à l'avortement. En avril 1971, elle rédige le Manifeste des 343, dont le rôle a été déterminant pour la légalisation de l'Interruption volontaire de grossesse. Le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes sera d'ailleurs créé en son honneur en 2008 en souvenir de ses nombreuses actions.

A sa mort en 1986, elle partage la tombe de son « amour nécessaire » Jean-Paul Sartre … tout en gardant à son doigt l'anneau en argent offert par son « amour contingent » Nelson Algren lors de leur première nuit d'amour...


« Jusqu'ici les possibilités de la femme ont été étouffées et perdues pour l'humanité et il est grand temps dans son intérêt et dans celui de tous qu'on lui laisse enfin courir toutes ses chances. »


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter