LOUISE COLET, POURQUOI L'A-T-ON OUBLIÉE ?


À son époque, Louise Colet est une star. Pourtant, elle reste absente de la plupart des manuels scolaires. Pourquoi ? Parce que Gustave Flaubert a voulu se venger de sa rupture amoureuse en criant sur tous les toits que l'oeuvre de son ancienne maîtresse ne valait rien. Alors qu'il a passé sa vie à lui demander des conseils pour écrire. Pauvre type.


Louise Colet est la huitième et dernière fille d'une riche famille bourgeoise. Rêveuse et imaginative, elle passe des heures à lire les grands poètes français. Son mariage avec Hippolyte-Raymond Colet, musicien, lui fait quitter sa vie provinciale pour Paris. Là-bas, elle commence à publier des poèmes qui obtiennent tout de suite un grand succès. Elle reçoit d'ailleurs le prix de l'Académie française d'un montant de 2000 francs. En 1840, elle donne naissance à une petite fille mais ni son mari, ni son amant Victor Cousin, ne reconnaissent l'enfant.


Le journaliste Alphonse Karr en profite alors pour révéler son adultère dans un pamphlet. Furieuse et blessée, Louise Colet l'agresse avec un couteau de cuisine qu'elle lui plante dans le dos. Alphonse Karr renonce toutefois à porter plainte. Louise Colet devient par la suite la maîtresse de Gustave Flaubert, d'Alfred de Vigny et d'Alfred de Musset. Ses œuvres sont plusieurs fois couronnées par de nombreux prix littéraires prestigieux. Mais sa beauté est tellement jalousée qu’on attribue ses réussites à ses charmes. Le Tout-Paris va jusqu’à l’appeler Vénus.


Cela dit, Victor Hugo, Alfred de Vigny et bien d'autres l'ont soutenue avant même de la connaître. Lorsque son mari meurt en 1851, elle parvient avec l'aide de Victor Cousin, à subsister grâce à ses écrits. Féministe avouée, elle est consciente de la position subordonnée de la femme et du besoin de lutter pour éviter la servitude. Elle se bat toute sa vie contre les préjugés, dans un monde littéraire dominé par les hommes, qui représentent les femmes écrivains comme des bas-bleus incapables d'avancer sans l'appui d'un maître.


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter