LE SALON EST UNE DROGUE !


Si tout le monde prenait du féminisme, l’humanité entière serait plus heureuse. Adieu morale et ramassis de conneries pour faire avaler l’idée qu’il faut être comme ci ou comme ça. Vous allez devenir addicts. Perdre le contrôle. Planer dans un autre monde. Être défoncé.e.s à la liberté.



FÉMINISME : substance chimique qui élargit l’esprit, modifie notre perception et ouvre une autre réalité. Le genre de monde où les femmes sont libres d’être aussi fortes que les hommes. Et les hommes aussi forts que les femmes. Là-bas, les nanas comptent les billets ou sont mères au foyer, c’est au choix. Elles portent des shorts sans se retourner, ne se coupent pas les petites lèvres, dirigent des boîtes, inventent, innovent, cocottent le parfum ou pas, font l’amour sans contrat, montrent leurs cuisses, parlent de tout, choisissent d’être mère ou non. Un endroit bienveillant, où l’on a arrêté de croire que les autres avaient toujours raison et que la société pouvait décider pour nous et notre corps. Le féminisme est encore assimilé à la débauche dans beaucoup trop de discours. Comme si montrer ses jambes, prendre du plaisir, dire "non", faisaient basculer les femmes dans l'immoralité. Le féminisme est encore caricaturé dans beaucoup trop de discours aussi. Comme si mettre du rouge à lèvres, claquer le sol sur des 12 cm n'étaient pas féministement correct. C'est faux. Il n’y a pas de label pour définir le ou la bonne féministe. Il n’y a que des camés de la liberté qui ont décidé d’être heureux et de choisir pour cela ce qui leur ressemble le plus. Car nous sommes plus qu'un oui ou qu'un non, que des étiquettes classées sur une échelles de valeurs. Nous sommes tous plus. PLUS. 

 

Le Salon des dames va vous injecter de la liberté dans les veines. Écraser les cases sans en inventer de nouvelles. Être immorale. Vous faire sniffer la tolérance en dose concentrée. Essayer avec vous de tout envoyer valser, pour gonfler les voiles de l’émancipation collective. Changer nos réactions, nos mécanismes. On ne vous souhaite qu’une chose : l’overdose.



LSD

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter