Hedy Lamarr : Glamour ? Oui. Stupide ? NON.


Le drame de sa vie : avoir été belle, trop belle. Son public, ses maris, tous en oublient son talent. Celui d'inventer. De créer des mondes, de chercher des réponses. Elle était une scientifique. Mais personne ne voulait y croire. Elle le disait elle-même, "on ne m'aime pas pour ce que je suis, mais pour ce que je parais".



Aujourd'hui encore, on retient d’elle : les paillettes, de grands cils noirs, Hollywood, une beauté insolente, Casbah (1938) ou encore Samson et Dalida (1949). Un cinéma qui fait d’elle une véritable icône à Hollywood dans les années 40. Au point que Disney s'inspire d'elle pour dessiner Blanche Neige. Or, tout le monde oublie qu'elle est à l’origine de grandes inventions. En 1942, elle invente un système de transmission de données cryptées basé sur le saut de fréquence, qui est aujourd'hui encore utilisé pour les liaisons chiffrées militaires, les téléphones portables ou le wifi.



« N'importe quelle fille peut avoir l'air glamour, tout ce que vous avez à faire est de rester immobile et de prendre un air idiot » Hedy Lamarr

 

Hedy Lamarr aurait pu être un modèle pour les petites filles et les inciter à choisir des carrières scientifiques. Mais au lieu de ça, on en a fait un sex-symbol. Elle a eu le malheurs de tourner à 19 ans le film Extase dans lequel elle joue une scène d’orgasme complètement nue. Il n’en faut alors pas plus à l’époque pour que ce film lui colle à la peau et fasse d’elle une fille légère et dévergondée pour toujours. Voire carrément une putain. Un constat que renforce le nombre de ses aventures et de ses mariages. Mariée à 6 hommes au cours de sa vie, Hedy ne peut être qu’une catin.



Hedy est une créative. Elle s'ennuie vite, et trouve souvent ses maris barbants. Son premier mari, Friedrich Mandl est un des quatre plus grands marchands d'armes du monde, ami intime de Mussolini qui reçoit sans mal Hitler chez lui. Il est fou amoureux d'Hedy Lamarr et elle craint de le quitter. Elle met alors en place un plan digne d'un film d'action : elle organise un diner pour sa fuite, choisit une servante qui lui ressemble, la drogue à son insu durant la soirée, et s'enfuit après lui avoir volé son uniforme et s'être fait passer pour elle.


La vie d'Hedy Lamarr bascule toujours entre succès et échec. Un jour riche, un jour pauvre. Pour elle, la vie est un jeu. Elle se moque des codes de la société et du système en général. C'est d'ailleurs ce qui lui causera l'une de ses plus grandes pertes. Alors que son fils vient d'avoir un accident, Hedy doit se rendre au tribunal pour négocier son divorce. Mais Hedy aime trop son fils pour ne pas se précipiter à l'hôpital et demande à sa doublure (de cinéma) de se faire passer pour elle devant le juge. 


Évidemment, le juge n'apprécie pas et Hedy perd toute sa fortune.

 

Chaque homme qui croise sa vie devient pour elle l’occasion d’exercer son cerveau. Elle apprend avec Friedrich Mandl la technologie de différentes armes, elle explique à son ami Howard Hughes l'idée d'un design plus aérodynamique pour les ailes des avions. Et c’est avec le pianiste Georges Antheil que lui vient un jour l’idée de mettre au point un système innovant de communication imaginé à l’époque pour permettre aux sous-marins de communiquer avec les torpilles. 

 

Hedy Lamarr dépose le brevet de son invention en 1942 et offre généreusement ses recherches à l’armée américaine pour les aider à vaincre les nazis. Mais les américains voient en elle une potiche et lui balancent ses recherches à la figure. On estime aujourd’hui que son petit cadeau aurait dû lui rapporter 30 milliards de dollars. Puisqu'il est à l'origine du Wifi, et du GPS.


La fin de sa vie est en revanche plutôt triste : elle enchaîne les mariages ratés, les navets et finit par élever seule ses enfants. Elle est arrêtée plusieurs fois pour kleptomanie.



" Plus personne ne se souvenait d'elle. Elle clamait à tue-tête son nom, disant qu'elle avait été l'un des piliers de Hollywood, mais personne ne la croyait." 



Toute sa vie, on lui a répété qu'elle était belle. Qu'elle n'était QUE belle. Que c'était son "truc" en plus. On l'a réduite à sa belle bouille jusuqu'à ce qu'elle en soit elle-même convaincue. Elle qui souhaitait pourtant exister pour ses idées et changer la société grâce à ses innovations. L'arrivée de la vieillesse devient alors un drame. Pour se faire aimer, elle enchaîne les opérations esthétiques (et en profite d'ailleurs pour améliorer les techniques de chirurgie réparatrice). Elle va cependant un peu trop loin. Son besoin de redevenir "la belle d'autrefois" la mène à cumuler les opérations jusqu'à se défigurer.

 

En 1990, alors qu’elle a 76 ans, une journaliste reconnaît enfin le rôle de l’actrice dans l'invention du système de saut de fréquences. On découvre même à ce moment-là que son brevet a été utilisé pour fabriquer des drones de surveillance utilisées par l'armée américaine pendant la guerre du Viêt Nam. En 1997, l'Electronic Frontier Fondation américaine lui offre un prix pour son invention. . "C'est pas trop tôt", commente-t-elle, mais elle refuse de venir à la cérémonie.

 

À la fin de sa vie, elle ne regrettait rien. Et pardonnait même à cette société qui n'avait pas su voir qui elle était :


 

" Les gens sont déraisonnables, illogiques et égocentriques. Aimez-les malgré tout. Si vous faites du bien, on vous prêtera des motifs égoïstes. Faites le bien malgré tout. Ceux qui voient grand peuvent être anéantis par les esprits les plus mesquins, voyez grand malgré tout. Ce que vous mettez des années à construire, peut être détruit en une nuit. Construisez malgré tout. Donnez au monde le meilleur de vous-même et vous y laisserez des plumes. Donnez au monde le meilleur de vous-même malgré tout."


Hedy Lamarr.






Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter