ASPASIE - LA CATIN ÉRUDITE


Aspasie naît vers -470 à Milet, en Asie mineure. Elle a été la compagne aimée et respectée de Périclès, le plus puissant des Athéniens, et l’interlocutrice privilégiée de Socrate. Les écrits de Platon, Plutarque, Aristophane et Xénophon mentionnent son existence, mais nous savons peu de choses sur elle avec certitude. 


Aspasie aurait été une hétaïre, une prostituée de haut rang, et aurait géré une maison close à Athènes. Plutarque, auteur du Ier siècle, indique qu’elle forme de jeunes courtisanes au métier et qu’elle attire des hommes politiques et des philosophes grâce à sa grande culture. Elle enseigne ainsi l'art oratoire et la politique à un auditoire composé d'importantes personnalités de la cité, comme Sophocle ou Phidias. Certains notables viennent même accompagnés de leurs épouses. Socrate fréquente également son salon et sa réputation est telle que Cyrus, le roi des Perses, donne le nom d'Aspasie à sa concubine favorite. 


En tant qu’étrangère, Aspasie n’est pas soumise aux règles astreignant les femmes athéniennes à leur devoir de gardiennes du foyer familial. Signe de son indépendance, elle paie des impôts à la cité, à l’image de n’importe quel citoyen. Elle peut ainsi participer aux débats publics qui animent la vie politique d’Athènes. Elle rencontre Périclès dans ce cadre et devient sa maîtresse vers -450. Cinq ans plus tard, Périclès répudie sa femme et s’installe avec Aspasie, qu’il ne peut épouser à cause de son statut d’étrangère. Plutarque rapporte la véritable passion de Périclès pour sa compagne : « Chaque jour, dit-on, en quittant la maison puis en y revenant, au sortir de l'agora, il la prenait dans ses bras, en la couvrant de baisers ». Un enfant, Périclès le Jeune, naît de cette liaison vers -440. Certains historiens contemporains remettent en cause la condition d’hétaïre d’Aspasie et affirment qu'elle a été l'épouse de Périclès. 

Le rôle d’Aspasie dans la politique athénienne semble avoir été considérable. Entre -440 et -439, un conflit éclate entre l’île de Samos et Milet, et Athènes doit prendre parti. Comme Aspasie est Milésienne, elle suggère à Périclès d’envahir Samos pour sauver Milet. Ainsi, lorsque les Samiens refusent de cesser leurs attaques, Périclès envoie l’armée pour chasser le gouvernement oligarchique de Samos et y installer une garnison. 


A la mort de Périclès en -429, Aspasie prend pour protecteur le marchand Lysiclès. Elle-même meurt vers -400.


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter