slider
Aude GG est comédienne. Vous l’avez déjà sûrement remarquée dans Golden Moustache ou plus récemment dans Virago. Une chaîne youtube qu’elle a lancée toute seule comme une grande en début d’année. Chaque semaine, elle parle d’une femme exceptionnelle. Elle se métamorphose en Olympe de Gouge ou Eartha Kitt, se poudre le museau et fait revivre les grandes dames. Rien ne l’arrête. Jamais. Elle fonce comme l’éclair. Et surtout quand il s’agit de faire avancer les droits des femmes. Une nana devant qui on a envie de faire -assurément- la révérence.
slider charte
PARCOURS

J’ai commencé à cinq ans en tant que figurante sur les planches de l’opéra, jusqu’à l’âge de quinze ans. J’ai véritablement embrassé le métier de comédienne à ce moment là. En parallèle de mes études de théâtre, je suis devenue assistante metteur en scène à la Comédie Française. J’y ai appris le métier au contact de gens brillants et de travailleurs acharnés. Après avoir joué au théâtre et fait mes propres mises en scène, j’ai ensuite intégré les différents programmes du Palmashow puis enfin le collectif Golden Moustache, il y a quatre ans. Depuis peu, je viens de lancer ma propre chaine YouTube avec le projet Virago dans lequel je fais des portraits de femmes inspirantes qui ont changé le monde à leur échelle. Il s’agit de chroniques historiques, humoristiques et féministes, et j’en suis très fière !

LES FEMMES QUI VOUS INSPIRENT

Il y en tellement que j’en ai fait un programme ! C’est aussi la raison pour laquelle j’ai créé Virago ; faire découvrir des femmes pour qu’elles inspirent d’autres personnes et les mettre en lumière à la hauteur de l’admiration que j’ai pour elles. Si je me rapproche dans le temps et de mon métier, j’ai une admiration sans borne pour Maïwenn Le Besco et Emmanuelle Berco. Elles incarnent pour moi la féminité et la force. Ce sont des femmes talentueuses, libres, engagées, avec une parole forte et qui ne craignent d’aborder aucun sujet. Tout ce dont le monde de la culture a besoin !

slider charte
QUEL GENRE DE FEMME ÊTES-VOUS ?

Je suis du genre angoissée, mais combative. Je suis passionnée et très exigeante envers moi-même et envers les autres. Je suis aussi entière et droite dans mes bottes et émotionnellement débordée ! Je fonce dans tout ce que je fais avec un certain aplomb qui ne m’empêche pas, par ailleurs, de douter beaucoup. C’est très paradoxal… Oui c’est ça, je suis une femme-paradoxe.


AVEZ-VOUS L’IMPRESSION DE TENIR UN RÔLE EN TANT QUE FEMME ?

De plus en plus ! Avant je ne m’en rendais pas compte et ça n’avait pas autant d’importance qu’aujourd’hui dans ma vie. Ma voix compte. Chaque voix compte. Et en faisant ce constat, tout change, tout s’ouvre ! Être une femme qui fait de l’humour, c’est rare, mais sur internet, ça l’est encore plus. J’ai envie d’encourager les jeunes femmes à se lancer, à créer, à dire, à jouer avec leur image, à se libérer des conventions et du regard des autres. J’ai mis beaucoup de temps à m’en défaire moi-même, et je pense que c’est une étape de vie importante. J’ai la chance d’avoir une audience assez jeune, alors si j’arrive à faire passer des messages éducatifs et positifs, je pense que j’aurai rempli mon rôle.


LA FEMME D’AUJOURD’HUI C’EST...

L’harmonieuse alliance de l’indépendance, de la féminité et de l’empouvoirement.


POURQUOI AVEZ-VOUS VOULU ÊTRE DAME ?

Je pense que la sororité est la clé de notre féminisme moderne. Faire des rencontres, échanger, élargir son champ de vision et d’action sont des choses que je recherche au quotidien. Être Dame, c’est m’associer au projet de femmes dont je partage les valeurs et de pouvoir ensemble, je l’espère, faire bouger les lignes.


VOTRE DÉFINITION DU FÉMINISME ?

Mon féminisme est populaire et intersectionnel. Il s’adresse à tous ceux qui pensent que ces combats n’ont aucun interêt, et qui n’en voient pas l’utilité. Mon féminisme se veut instructif et bienveillant. J’ai envie de casser avec douceur et humour les conditionnements et les stéréotypes. Il s’agirait de vouloir dépasser les carcans, d’en savoir plus, d’être curieux, de se remettre en question et de remettre l’Humain au centre des perspectives. Mon féminisme est paritaire et a aussi besoin des hommes pour que toutes les voix s’élèvent vers un même objectif égalitaire et soient entendues.


QU’AVEZ-VOUS ENVIE DE FAIRE BOUGER POUR LES FEMMES ?

Principalement l’éducation. Je n’ai pas été élevée comme mes frères et je n’ai pas spécialement été préparée aux obstacles inhérents à la vie d’une femme dans notre société. J’aurais voulu ne pas m’excuser de prendre la parole et comprendre plus vite que le conditionnement qui nous paralyse n’est pas normal. Si toutes les petites filles étaient élevées dans le combat contre le syndrome de l’imposteur et dans l’épanouissement de cette simple pensée « Je peux TOUT faire », notre société irait beaucoup mieux.